27/07/2016

Marguerites (1)

DSCF3258.jpg

Le soleil du soir éclaire des marguerites, en dessous de la fenêtre de ma chambre à Avioth. C'est d'autant plus beau que le sol est déjà dans l'ombre.

24/07/2016

Les souffreteux vertueux

J'ai souvent l'occasion de côtoyer une peuplade en expansion, très répandue dans certains endroits et dans certains milieux, et d'observer son comportement. Cette peuplade, qui mériterait à elle seule de faire l'objet d'une nouvelle branche de l'anthropologie, est caractérisée par des comportements remarquables, notamment dans le mode nutritionnel. Il s'agit des "souffreteux vertueux".

La-vie-sans-gluten_imagePanoramique647_286.jpgLes souffreteux vertueux mangent peu de viande, voire pas du tout. Lors des repas, quand on leur demande s'ils veulent de la viande dans leur assiette, ils répondent souvent : "oh, très peu !" et ils ajoutent aussitôt : "chez moi, je fais très rarement de la viande, je voudrais même la supprimer tout à fait". Ils s'attirent alors les regards complices et les sourires bienveillants d'autres souffreteux vertueux, qui, eux aussi, mangent très peu de viande, ou seulement du poisson, ou même plus aucune protéine animale, ce qui est la vertu suprême, le Graal.

D'autres souffreteux vertueux mangent tout de même de la viande, de l'agneau ou du poulet, par exemple. Quand on les sert, ils ont un air un peu coupable, un air qui signifie : "oui, je suis un peu honteux, mais plus tard, qui sait, je ferai le pas ; voyez comme je me repens, je m'excuse vis-à-vis de vous, mais je ne suis pas encore assez fort pour renoncer tout à fait à la viande".

Les souffreteux vertueux boivent peu de café, et disent : "si je bois un café après 16 heures, je ne peux plus dormir !". Les souffreteux vertueux n'aiment pas beaucoup le café, parce que c'est un excitant ; les souffreteux vertueux n'aiment pas beaucoup les excitants, ils préfèrent tout ce qui est apaisant. 

Les souffreteux vertueux boivent fréquemment du "café" de céréales, un succédané vertueux, qui a plusieurs avantages : il n'est pas un excitant, ce qui est bien, il est issu de produits locaux, ce qui est par essence vertueux, car tout produit issu du Tiers-Monde est porteur de tares : il est produit par de pauvres gens exploités (sauf quand il s'agit d'un produit "équitable", mais est-on vraiment sûr que ce soit vraiment équitable ?) et, d'autre part, il est amené en Europe par bateau (ou par avion, ce qui est encore pire) depuis l'autre bout de la Terre, ce qui est mal par définition, puisque cela dégage des gaz à effets de serre qui vont aggraver le changement climatique, faire fondre les calottes polaires, faire monter le niveau des océans, et donc noyer les pauvres gens du Tiers-Monde qui vivent sur les rivages.

Les souffreteux vertueux pourraient boire du thé, mais c'est plutôt rare, parce que le thé est aussi un excitant, ce qui est mal, et qu'il vient également de l'autre bout de la Terre et qu'il est donc, aussi, transporté sur de longues distances, ce qui est mal.

Les souffreteux vertueux boivent donc, souvent, en grandes quantités, des tisanes. Les tisanes, c'est bien, parce que c'est apaisant, et c'est bien également parce qu'elles sont produites à partir de plantes locales, ce qui est bien, à partir de la Nature, ce qui est bien aussi. Le local est le bien et la Nature est bonne par définition. 

Les souffreteux vertueux boivent donc des tisanes. Ce sont même des experts en tisanes. Ils fourragent longuement dans l'armoire où sont rangés les sachets et les pots de tisanes, et mettent longtemps avant d'arrêter leur choix de leur tisane du soir. Les souffreteux vertueux ne choisissent pas tellement les tisanes en fonction de leur goût. Ils ne disent pas que telle tisane "est bonne", mais qu'elle "est bonne pour...", ce qui est tout à fait différent.

En effet, les souffreteux vertueux ne choisissent pas leurs boissons ou leurs aliments en fonction de leur goût (et donc du plaisir qu'ils prennent à les consommer) mais bien en fonction de leurs "vertus". Les souffreteux vertueux choisiront telle tisane plutôt qu'une autre parce que celle-ci est "bonne pour le foie", que celle-là est "bonne pour la circulation", et que telle autre est "bonne pour les reins".

Beaucoup de souffreteux vertueux considèrent les aliments ou les boissons comme des médicaments, des "alicaments". Il est frappant d'entendre la liste des "indications" de toutes les tisanes consommées par les souffreteux vertueux : on dirait que ceux-ci sont perclus de pathologies diverses et multiples, et que leurs aliments et leurs boissons sont destinés, avant tout, à les guérir.

Les souffreteux vertueux ne boivent que rarement du lait, et souvent même, ils ne boivent pas de lait du tout. Le lait de vache, en particulier, subit l'opprobre des souffreteux vertueux. Entre eux, ils se passent une foule d'articles, publiés dans les revues et les sites internet spécialisés (et vertueux), qui déconseillent formellement la consommation de lait, présenté comme responsable de tous les maux. 

Le lait de chèvre ou de brebis est moins réprouvé par les souffreteux vertueux, qui le consomment surtout sous forme de fromages. Mais les plus vertueux et convaincus des souffreteux vertueux ont supprimé tous les produits laitiers, de quelque origine que ce soit, de leurs menus. Ils se sont souvent rabattus sur des succédanés qui, il est vrai, usurpent le vocable "lait" : lait de soja, lait d'amande, lait de riz.

La plupart des souffreteux vertueux déclarent se sentir beaucoup mieux depuis qu'ils ont supprimé les produits laitiers de leur alimentation. Quand ils font cette déclaration à table, lors du repas, ils suscitent le sourire bienveillant et l'approbation des autres souffreteux vertueux présents. Cette connivence et ce partage d'expérience les remplit d'aise. Ils sont capables d'en parler pendant des heures.

Une assez forte proportion de souffreteux vertueux ne supporte pas, ou plus, le gluten. Cette proportion est très supérieure à celle observée dans la population en général. Selon les études, on trouve en général de 0,5 à 1 % de personnes vraiment intolérantes au gluten, des personnes souffrant de la maladie coeliaque. Mais on dirait que 10 à 20 % des souffreteux vertueux ne supportent plus le gluten. Ils constituent un marché de choix pour les rayons "sans gluten / gluten free" qui apparaissent de plus en plus dans les supermarchés.

De manière générale, les souffreteux vertueux consomment beaucoup de produits "sans" quelque chose : sans gluten, sans lactose, sans sucre ajouté, sans allergènes. Il est remarquable d'observer que plus les produits sont "sans" quelque chose, plus on extrait de composants, plus leur prix s'élève. Tout un capitalisme vertueux a émergé, avec une large gamme de produits à même de satisfaire les souffreteux vertueux.

Les souffreteux vertueux mangent bio. Le bio est la vertu suprême, l'alpha et l'oméga. Pour les souffreteux vertueux, les autres aliments ne sont pas vraiment consommables. Ils les mangent s'il est vraiment impossible de faire autrement, mais d'un air triste, suspicieux. Manger non bio est presque une transgression, comme manger non halal pour un musulman ou non cacher pour un juif de stricte observance. 

Les souffreteux vertueux vont dormir tôt (parfois dès 21 heures) et se lèvent tôt. Les souffreteux vertueux disent qu'ils se conforment aux rythmes de la nature (bonne par essence) et qu'ils vivent en fonction du soleil. Quand on leur dit qu'au coeur de l'hiver le soleil se lève à 8 h 30 et se couche à 16 h 30 (et qu'ils devraient donc aller dormir à l'heure du goûter), et qu'au début de l'été, le soleil se lève avant 5 heures et se couche à 22 heures, ils ne comprennent pas et ne répondent rien. Mais les souffreteux vertueux répètent que ce n'est pas bien de rester éveillé tard la nuit, que ce n'est pas naturel et que ça consomme de l'électricité (ce qui est mal et aggrave le changement climatique), alors qu'il est tellement plus vertueux et naturel de se lever à l'aube et de profiter des premiers rayons du soleil.

Les souffreteux vertueux lisent assez peu, mais ils lisent vertueux. Ils se pressent dans les rayons "développement personnel" des librairies, où on voit sur les présentoirs de nombreux livres avec des couvertures vert pomme pâle, orange pâle, bleu ciel pâle. 

Ce sont souvent des best-sellers écrits par des Américains ou des Anglais, qui expliquent comment vivre ses émotions, se connecter avec ses vies antérieures, visualiser son aura, assurer une circulation harmonieuse des énergies, harmoniser son équilibre vibratoire, orienter favorablement le "qi" dans son salon, cuisiner de manière "holistique". 

Outre ces disciplines "parallèles", les souffreteux vertueux lisent énormément de livres au sujet de l'alimentation (vertueuse et bio), de l'agriculture (vertueuse et bio). Ils se jettent littéralement aussi sur les ouvrages dispensant une philosophie du bien-être et du bien-vivre, tiède et vertueuse, comme ceux d'Eckard Tolle.

En littérature, les souffreteux vertueux aiment presque tous Christian Bobin. En psychologie relationnelle, ils adorent Jacques Salomé. Toutes ces lectures alimentent leurs conversations intarissables et vertueuses, autour d'une tisane (bio et sans sucre).

Les souffreteux vertueux vont assez peu au cinéma, mais quand ils y vont, c'est souvent pour voir des films unanimistes, bienveillants et vertueux, écolo-responsables et durables. Les souffreteux vertueux sont allés en masse voir "Home" de Yann Arthus-Bertrand, il y a quelques années, et tout récemment, ils sont tous allés voir "Demain". 

Les souffreteux vertueux aiment la nature, la vénèrent même, ils écrivent souvent "la Nature" avec un grand N, pour bien montrer à quel point ils la vénèrent, la sanctifient et la parent de toutes les vertus. De la même manière, les souffreteux vertueux écrivent ou lisent des textes où il est question de la Vie, de l'Énergie, de la Force, avec des majuscules de respect.

Pour les souffreteux vertueux, la nature, ou plutôt la Nature, est bonne par essence, la Nature nous offre ses bienfaits, la Nature est belle et bienveillante. C'est l'humanité qui n'est pas digne de la Nature, qui la souille, l'avilit, la détruit, la corrompt. Pour certains souffreteux vertueux, l'humanité pourrait même disparaître, ce serait mieux pour la Nature.

Pour les souffreteux vertueux, la Nature est bonne, c'est l'homme qui est mauvais. Selon eux, les maladies viennent des méfaits des humains : ils disent et répètent que la maladie d'Alzheimer est provoquée par les casseroles en aluminium, que l'autisme est provoqué par le vaccin contre la rougeole. Quand on rétorque aux souffreteux vertueux que la Nature, c'est aussi la peste, le choléra, la fièvre d'Ebola, la mucoviscidose, les scorpions venimeux, l'ammanite phalloïde, la malaria, la maladie de Lyme, la dengue, etc., ils ne disent rien, ou bien, plus souvent, avec un peu de commisération dans la voix : "oui, mais tout cela joue un rôle dans la Nature".

Quand ils sont malades, les souffreteux vertueux se soignent avec des "remèdes naturels" plutôt qu'avec des "produits chimiques". Pour eux, tout produit issu de la Nature est foncièrement bon et tout produit créé, synthétisé par l'homme est suspect, voire mauvais. Ils recourent intensivement aux "médecines douces", même les plus improbables, les plus étranges. Comme ils ont en général une culture scientifique très réduite et un sens critique peu développé, ils constituent un marché de choix pour les pseudo-médecines de tout poil.

Les souffreteux vertueux pratiquent assidûment la méditation, matin, soir, midi, parfois pendant des heures entières, parfois dans des lieux éloignés de nombreux kilomètres, ce qui, entre parenthèses, les oblige à utiliser leur véhicule automobile pour s'y rendre, ce qui consomme des combustibles fossiles, dégage des gaz à effets de serre, et contribue à aggraver le changement climatique. Les souffreteux vertueux vénèrent certains personnages qu'ils placent au pinacle de leur admiration, comme Thich Nhat Hanh et le Dalaï-Lama. Ils sont capables de faire des centaines de kilomètres lorsque ces personnages illustres et vénérés viennent faire une visite dans leur pays, d'attendre des heures pour ne fût-ce que les apercevoir, et entendre les paroles élevées de leurs maîtres spirituels. 

Les souffreteux vertueux, donc, méditent à toute heure, mais il est curieux d'observer que les pratiquants réguliers de la méditation (souffreteux vertueux ou non) ne paraissent pas, sauf erreur, plus calmes, plus sereins, plus tolérants, que ceux qui ne pratiquent pas la méditation (de pleine conscience), ce qui est plutôt paradoxal. 

 

Voici donc quelques caractéristiques résultant de l'observation du mode de vie des souffreteux vertueux. Vous en connaissez sans doute quelques spécimens autour de vous. C'est l'occasion, peut-être, de pratiquer vos propres observations et d'enrichir ainsi le corpus des études anthropologiques sur cette peuplade en pleine expansion.

Halles-sous-les-Côtes (6)

4221910640.jpg

Un bel alignement de maisons, sur la place du village, caractéristique de l'architecture lorraine.

Halles-sous-les-Côtes (5)

1961216976.jpg

Juste derrière le lavoir du village, on peut voir un bel égayoir, terme lorrain qui désigne un plan d'eau où on lavait et abreuvait les chevaux au retour des travaux des champs. Ce jour-là, où il faisait déjà chaud, les gamins du village s'en donnaient à coeur joie dans l'eau fraîche.

Halles-sous-les-Côtes (4)

DSCF3255.jpg

Une vue panoramique "tournante". Cliquez sur l'image pour la voir en plus grand.

Halles-sous-les-Côtes (3)

DSCF3254.jpg

Les maisons du village, vues au delà des colonnes du lavoir.

23/07/2016

Halles-sous-les-Côtes (2)

DSCF3253.jpg

La charpente du lavoir.

Halles-sous-les-Côtes (1)

DSCF3250.jpg

Le village voisin de Mont-devant-Sassey, Halles-sous-les-Côtes, possède un magnifique lavoir, couvert d'une charpente, au milieu de la grande place de la localité.

21/07/2016

L'église de Mont-devant-Sassey (17)

DSCF3249.jpg

Au pied du cimetière, au delà de la route, on distingue une petite chapelle néo-gothique.

L'église de Mont-devant-Sassey (16)

DSCF3246.jpg

Du vieux cimetière, autour de l'église, on a une belle vue plongeante sur le plateau.

L'église de Mont-devant-Sassey (15)

DSCF3248.jpg

20/07/2016

L'église de Mont-devant-Sassey (14)

DSCF3247r.jpg

Mont-devant-Sassey

DSCF3245.jpg

Depuis le portail de l'église, assis sur un banc, on peut contempler à loisir le village, en contrebas. Dans l'herbe, près de la base d'un des arbres, une petite forme brune allongée : c'était un renard, qui prenait tout son temps pour trotter, fureter partout.

L'église de Mont-devant-Sassey (13)

DSCF3242.jpg

Le patron des vignerons, Saint Vincent.

L'église de Mont-devant-Sassey (12)

DSCF3239.jpg

19/07/2016

L'église de Mont-devant-Sassey (11)

DSCF3240.jpg

L'église de Mont-devant-Sassey (10)

DSCF3238.jpg

La crypte de l'église, éclairée par des fenêtres, ce qui est très rare.

L'église de Mont-devant-Sassey (9)

DSCF3237nb.jpg

Des statues en plâtre, placées dans une pièce bien ventilée, pour éviter l'apparition des moisissures dues à l'humidité.

L'église de Mont-devant-Sassey (8)

DSCF3234.jpg

Sur un des bancs du choeur de l'église, on voit encore des inscriptions tracées pendant l'occupation allemande : "à bas les collaborateurs" et "vive Roosevelt".

18/07/2016

L'église de Mont-devant-Sassey (7)

DSCF3233nb.jpg

L'église de Mont-devant-Sassey (6)

DSCF3244.jpg

L'église de Mont-devant-Sassey (5)

DSCF3232.jpg

L'église de Mont-devant-Sassey (4)

DSCF3230.jpg

17/07/2016

L'église de Mont-devant-Sassey (3)

DSCF3229.jpg

L'église de Mont-devant-Sassey (2)

DSCF3228.jpg

L'église de Mont-devant-Sassey (1)

DSCF3227.jpg

Je suis allé revoir l'église romano-gothique de Mont-devant-Sassey, perchée au dessus du village. Le site internet de l'association, très complet, donne plein d'informations. En saison, des jeunes du village proposent d'intéressantes visites guidées de l'église.

A Mont-devant-Sassey

DSCF3226.jpg

16/07/2016

Un monument aux morts polychrome (5)

DSCF3224.jpg

Un monument aux morts polychrome (4)

DSCF3223.jpg

Un monument aux morts polychrome (3)

DSCF3222.jpg