30/06/2014

Jaku (24)

DSCF5492[1].jpg

Jaku (23)

DSCF5490[1].jpg

Ou ce vieux sage bouddhiste dissimulé dans la verdure.

Jaku (22)

DSCF5484[1].jpg

Avec le temps, le soleil, la pluie, le vent, cet étrange lézard, qu'elle avait posé sur un bout de bois, est devenu plus vrai que nature.

29/06/2014

Jaku (21)

DSCF5482[1].jpg

Jaku (20)

DSCF5480[1].jpg

Jaku (19)

DSCF5476[1].jpg

Toujours dans le jardin de Jaku, à la découverte, un après-midi que je m'y étais installé avec ce vieux Lucien. 

28/06/2014

Jaku (18)

DSCF5366[1].jpg

Jaku (17)

DSCF5364[1].jpg

Jaku (16)

DSCF5481[1].jpg

Dans le jardin de Jaku, en mai.

27/06/2014

Jaku (15)

DSCF5497[1].jpg

A la fin mai, quand Jaku était déjà à l'hôpital de Verdun, nous nous sommes installés un moment dans son jardin, ce vieux Lucien et moi. L'occasion de récolter (et de déguster) quelques fraises.

Jaku (14)

CHEZ JAKU, THÉIÈRE ET CA[1].jpg

Dans le jardin de Jaku, sa théière et des carottes "démariées", en 2011.

Jaku (13)

DSCF7925[1].jpg

Quand j'étais assis aux côtés de Jaku, dans sa belle vieille cuisine, nous partagions donc un peu de vin blanc (Côtes de Gascogne), de thé ou, comme ici, de temps à autre, un bol d'Orval. La mousse onctueuse formait des bulles, qui éclataient l'une après l'autre, doucement, sans bruit.

Jaku (12)

DSCF7304[1].jpg

Elle avait filé beaucoup de laine de mouton noir, l'an dernier. Près de la fenêtre, son bon vieil ours Léon.

Jaku (11)

DSCF7473[1].jpg

L'an dernier, Jaku s'était remise à filer la laine, après plusieurs années d'interruption. La sérénité du geste artisanal, tout en écoutant France-Culture, sa radio préférée.

26/06/2014

Jaku (10)

DSCF4651.jpg

Jaku à sa table de cuisine. Elle m'expliquait les péripéties de son appel téléphonique à je ne sais plus quel fournisseur d'accès à internet. Une aventure !

Jaku (9)

DSCF5496.jpg

Jaku dans son jardin, endormie dans son transat, à l'été 2012.

Jaku (8)

JAKU DANS SON JARDIN[1].jpg

Jaku lisant dans son jardin, la théière à portée de main, en mai 2009.

Jaku (7)

AVIOTH, JAKU EN SAMOURAÏ[2].jpg

Jaku en samouraï (ou escrimeuse ?) en juillet 2009. Elle a fait beaucoup d'aikido, ce qui se voit dans ses postures, ses attitudes, ses gestes.

25/06/2014

Jaku (6)

JAKU DANS LE POTAGER[1].jpg

Jaku dans le potager de la maison communautaire, à Avioth, fin 2010.

Jaku (5)

JAKU DANS LE POTAGER 2[1].jpg

Pendant sept ans, Jaku a été la principale responsable du potager de la maison communautaire, à Avioth. Des journées entières à "jouer dans la terre", comme elle disait. Elle a été fort impliquée dans ce projet convivial de vie, et l'exprime bien dans le long extrait sonore en annexe, issu d'une émission radio de 2011, où son intervention se place parmi celles d'autres chevilles ouvrières du lieu.

podcast

Jaku (4)

AVIOTH, JAKU ET FRAISES [1].jpg

Jaku (3)

AVIOTH, JAKU ET FRAISES [2].jpg

C'était en juin 2010. J'ai croisé Jaku sur le chemin, elle ramenait des fraises de son potager.

24/06/2014

Jaku (2)

DSCF5252.jpg

Jaku dans son transat, posée dans son beau jardin. A la belle saison, je l'y trouvais souvent, assise à lire, ou bien occupée à travailler dans son potager, "gratter la terre", comme elle disait. Nous passions là un bon moment, à parler de livres, de films, de la vie, de la nature, et puis je m'en retournais à la maison communautaire d'Avioth, par delà le petit ruisseau. Nous le surnommions le Rubicon.

Jaku (1)

DSCF5686.jpg

Jaku, alias Jacqueline D., alias Terraterre (le nom savoureux de son blog, inaccessible depuis peu) est morte le jeudi 12 juin dernier, à l'hôpital de Verdun, à l'âge de 70 ans. Un cancer du poumon, qui avait gagné le cerveau. Depuis décembre 2013, elle n'était plus tout à fait la même, semblait déprimée, peu communicative, pas en forme. En mai, très rapidement, son état s'est aggravé. Son médecin traitant l'a envoyée à l'hôpital de Verdun, 55 kilomètres d'Avioth, où j'ai pu aller la voir trois fois, avec d'autres personnes chères. Lui parler, lui lire des textes de Luis Sepulveda sur la Patagonie, lui parler de son jardin, lui apporter des pivoines blanches. Elle ne parlait presque plus.

En un mois, dans cet hôpital déjà bien éloigné de sa maison chaleureuse, ce fut fini. Il y avait de l'amitié, de la complicité entre nous. Quand j'étais à Avioth, dans mon village préféré, dans mon petit paradis accessible et réalisable, j'allais souvent la voir, presque tous les jours. Nous nous sommes prêtés des livres, plein. Je lui ai apporté des DVD de Buñuel, d'Agnès Varda, de Nicolas Philibert... Nous parlions de Nicolas Bouvier, d'Emmanuel Carrère, de Bruce Chatwin, d'Henri Michaux, de Gaston Bachelard, de Kenneth White, de Fabienne Verdier. Nous avons visionné ensemble "Pinocchio" de Luigi Comencini, "Tous les autres s'appellent Ali" de R.W. Fassbinder...

Nous nous amusions ensemble de nos découvertes sur le Net, des chansons de Brigitte Fontaine. Je lui montrais mes photos d'Avioth et d'autres lieux. 

Nous nous taisions aussi, souvent, en regardant le feu luire dans son beau vieux poêle, en regardant les branches de bambou aller et venir, au gré du vent, devant l'embrasure de la porte. 

Nous partagions un bol de vin blanc (Côtes de Gascogne), un Orval frais (mais pas glacé), un thé.

Tu me manqueras, Jaku. Tu nous manqueras.

Photo : j'étais dans le jardin de Jaku avec ce bon vieux Lucien, et elle nous a "cueilli" une salade de son potager pour le repas du soir à la maison communautaire d'Avioth.

Annexe sonore : petit enregistrement très drôle d'un mini-cours d'informatique, comment faire du copier-coller avec son portable Mac.

podcast

Vert

DSCF5550[1].jpg

Des haricots verts mangetout, du potager à Avioth.

Jaune et rouge

DSCF5573[1].jpg

Des framboises jaunes et des fraises du potager, à Avioth.

23/06/2014

Avioth-Bruxelles (encore)

DSCF5589[1].jpg

Après une bonne semaine à Avioth, me voilà de retour dans la capitale, pour 13 jours, qui, j'espère, seront fertiles ou tout au moins supportables (ce qui ne serait déjà pas mal). Une bonne semaine à Avioth donc, avec ce cher vieux Lucien, avec Arnaud aussi, un chouette jeune homme de passage depuis fin mai (et que je regrette déjà), et plusieurs autres personnes, agréables, enrichissantes, de bonne compagnie.

Quelques balades dans les environs, surtout dans le village il faut bien le dire, de la lecture au jardin et dans le potager, de bonnes lectures d'ailleurs. J'ai poursuivi la découverte de l'oeuvre de l'historien israélien Shlomo Sand ; après avoir lu "Comment la terre d'Israël fut inventée", j'ai poursuivi avec son livre désormais classique, "Comment le peuple juif fut inventé" et "Comment j'ai cessé d'être juif". C'est un travail absolument remarquable, passionnant à lire, bien écrit (et bien traduit). 

Et bien entendu visionné de bons films, en bonne compagnie, comme "L'immeuble Yacoubian" de Marwan Hamed, "Papa, maman, la bonne et moi" de Jean-Paul Le Chanois (avec Robert Lamoureux), "L'assassin habite au 21" de H.G. Clouzot (avec Pierre Fresnay), "Entre les murs" de Laurent Cantet, "Kundun" de Martin Scorsese.

Comme je dis toujours, j'emporte ma Culture à la campagne, dans mon village préféré, et elle fait bon ménage avec la Convivialité et la Créativité (les trois C).

Thonne-la-Long (2)

DSCF5541[1].jpg

Et une variante en noir et blanc.

Thonne-la-Long (1)

DSCF5540[1].jpg

Et je repasse par Thonne-la-Long...

22/06/2014

Le grand paysage (3)

DSCF5538[1].jpg