29/02/2016

Tout Bruxelles

TOURISME À BRUXELLES 3[1].jpg

Près de la Grand-Place, un aspect du "touristland" à Bruxelles : l'étalage d'une échoppe proposant des guides illustrés de la ville dans toutes les langues, et des gaufres dans tous leurs états. Cette photo avait été retenue lors d'un concours organisé par le Musée de la Photographie de Charleroi, en 1997, et incluse dans le catalogue de l'exposition, un délicieux petit livre rouge doré sur tranche, "Dérision et raison".

Atomium

ATOMIUM 2[1].jpg

Dans la sphère supérieure de l'Atomium, en 1996.

28/02/2016

Spirale (2)

ROND-POINT DE L'ÉTOILE, [2].jpg

Spirale (1)

ROND-POINT DE L'ÉTOILE, [1].jpg

Je vais publier ici quelques images prises dans les années 1990 et 2000 avec un appareil 6x6 argentique, le Mamiya 6. Ici, la cage d'escalier d'un immeuble, Rond-Point de l'Etoile, à Bruxelles.

Livres et films

Les délices de Tokyo (An).jpg

Plus beaucoup d'images à vous montrer ces temps-ci sur mon blog : je n'ai pas fait de séries photographiques ces derniers temps. Peut-être bientôt, lors de balades urbaines bruxelloises ? Ou bien une petite galerie de photos noir et blanc, argentiques, une petite rétrospective en quelque sorte ?

En attendant, je vous dirai quelques mots des derniers films que j'ai vus, des livres que j'ai lus.

 

Films

Avant tout, je vous conseille absolument d'aller voir le dernier film de la Japonaise Naomi Kawase : "Les délices de Tokyo" (An). Une pure merveille de sensibilité, de poésie, de gravité et d'humour. Une vieille dame propose au tenancier d'une gargote de "doriyaki" (petits beignets farcis aux haricots rouges confits) de l'aider dans sa petite entreprise. Ses mains déformées témoignent d'un lointain passé enfoui. Une jeune collégienne, elle aussi, voudrait bien travailler dans cette charmante petite gargote...

J'ai par ailleurs, grâce à ma Médiathèque préférée, l'occasion de voir ou de revoir presque tous les films du Finlandais Aki Kaurismäki en DVD (heureusement réédités par Pyramide Video). J'ai déjà (re)vu avec ravissement "Ariel" (1989), "J'ai engagé un tueur" (1990, avec Jean-Pierre Léaud) et "La vie de bohême" (1992). La drôlerie et le désespoir mêlés, le sens de l'absurde, et aussi une superbe photographie, aussi bien en couleurs qu'en noir et blanc : on pense souvent aux peintures d'Edward Hopper.

 

Livres

J'ai découvert le deuxième roman du Congolais Inkoli Jean Bofane, "Congo Inc.", que j'ai cependant un peu moins aimé que son premier livre, "Mathématiques congolaises". Dans les deux cas, on a affaire à des récits picaresques, féroces, sur les rapports sociaux impitoyables au Congo, particulièrement à Kinshasa, l'arrivisme, la corruption, les abus de pouvoir, la débrouille.

Je suis en train de lire un excellent livre de voyage, mais aussi analyse historique et politique, sur l'Asie centrale, "Sovietistan", de la Norvégienne Erika Fatland. Le chapitre sur le Turkménistan, dictature ubuesque, vaut son pesant d'or.

24/02/2016

Couvercle (2)

DSCF2517.jpg

Variante.

Couvercle (1)

DSCF2516.jpg

Condensation sur un couvercle de casserole.

23/02/2016

Le panier de fruits

DSCF2512.jpg

Fruits passés, ridés, moelleux. Lumière douce d'hiver.

15/02/2016

Crépuscule (2)

DSCF2510.jpg

14/02/2016

Crépuscule (1)

DSCF2509.jpg

La nuit tombe sur les étangs d'Ixelles.

13/02/2016

Livres et films

2384828316.jpg

Encore une fois, quelques films vus, quelques livres lus, que j'ai appréciés et que je recommande.

Livres

"Pelures d'oignon", de Günter Grass (2006). Une autobiographie de l'écrivain allemand, dont les deux premiers tiers m'ont passionné. L'enfance et la jeunesse à Dantzig, l'identité allemande et cachoube (petite minorité slave de l'arrière-pays de la ville), l'engagement dans la Waffen SS à 16 ans, inconscient sans doute de l'horreur du système, la guerre, la débandade devant l'avancée soviétique, le chaos, et puis la reconstruction, les premiers pas dans le monde artistique. Le dernier tiers m'a davantage ennuyé, je ne sais pas très bien pourquoi, et je l'ai plutôt lu en diagonale.

"En finir avec Eddy Bellegueule", d'Edouard Louis. Ce tout jeune écrivain et universitaire s'appelait il n'y a pas longtemps, en effet, Eddy Bellegueule, et vivait dans un bourg picard, près d'Abbeville, où son homosexualité, de plus en plus évidente, l'exposa aux injures et aux humiliations des jeunes (et des adultes) du village, montrés comme obtus, racistes, homophobes, prisonniers de leur condition sociale et de leurs obsessions. Ce récit, par ailleurs controversé, est puissant et d'une belle écriture.

"La guerre de Corée", d'Ivan Cadeau. Un ouvrage d'histoire militaire et politique, extrêmement précis et documenté, sur ce conflit plutôt oublié, mais dont les protagonistes, 60 ans après, restent face à face, séparés par une zone démilitarisée qui constitue la frontière la plus infranchissable de la planète.

 

Films

"Béliers", de Grimur Hakonarson (Islande, 2015). Deux frères, qui ne se parlent plus depuis trente ans, éleveurs de moutons, doivent faire face à un péril mortel pour leurs troupeaux, l'apparition dans leur vallée perdue de la "tremblante du mouton". A voir la bande-annonce et l'affiche du film, ça semblait un film bonasse, une comédie dramatique rurale, mais c'est beaucoup plus que ça. C'est aussi un film puissant, souvent dramatique, superbe.

"Le pays où rêvent les fourmis vertes", de Werner Herzog (1987). Grâce à Agnès B. et les éditions Potemkine, qui rééditent toute l'oeuvre de Werner Herzog en DVD, il m'a été enfin possible de voir cette fable déjantée, poétique, où les exploitants d'une mine, dans le désert australien, se trouvent face aux aborigènes du coin, qui vénèrent le lieu comme étant celui où "rêvent les fourmis vertes", figures importantes de leur cosmogonie.

"Kalte Heimat" (Froide patrie), de Völker Koepp (1995). Un superbe documentaire de ce grand réalisateur allemand, qui s'attache à montrer les paysages et les hommes de la Prusse orientale du nord, devenue après guerre l'oblast de Kaliningrad. Les Allemands sont partis ou ont été chassés, presque tous. Des Russes, mais aussi des Ukrainiens, des Lituaniens, des Arméniens, tous Soviétiques donc, les ont remplacés. Mais le palimpseste des cultures subsiste. Les entretiens avec les habitants sont pleins d'empathie, de chaleur, on est bouleversé par ces vicissitudes de l'histoire, par la beauté des paysages. Ce film fait partie d'un superbe coffret de quatre films, que je vous conseille absolument.

07/02/2016

La tour en contre-jour

DSCF2502.jpg

Fin d'après-midi à Bruxelles.

06/02/2016

Wagons-citernes

DSCF2438.jpg

Couvercle (2)

DSCF2639.jpg

Couvercle (1)

DSCF2638.jpg

Et ça, qu'est-ce que c'est ? Simplement l'intérieur du couvercle d'une petite casserole, où la vapeur de cuisson s'est condensée. Joli, n'est-ce pas ?

05/02/2016

Les ramures et la basilique

DSCF2637.jpg

04/02/2016

Coexistence

DSCF2435nb.jpg

Sur un des canapés de la maison communautaire, à Avioth, on observe depuis peu une amorce de coexistence pacifique entre Pacha (mon préféré, à droite) et Trico (petite chatte maigre et assez peureuse, à gauche).

La Maison du Péket

DSCF1666.jpg

Après une balade urbaine et culturelle à Liège, il fait bon s'arrêter à la Maison du Péket.

03/02/2016

La tour (2)

DSCF1665.jpg

En zoomant un peu, c'est toujours aussi immonde, mais on peut penser à un décor de film fantastique, d'anticipation cauchemardesque.

La tour (1)

DSCF1664.jpg

Cette tour des années 60, plutôt immonde, abrite nombre de services administratifs de la ville de Liège.

02/02/2016

Le flûtiste

DSCF1663.jpg

A Liège, lors de la visite d'une exposition de photographies, en mars 2015.

01/02/2016

Une caisse de pierres

DSCF1662.jpg

A Liège, en mars 2015.