06/03/2017

Marcher sur le plateau (2)

DSCF4083.jpg

Marcher sur le plateau (1)

DSCF4079.jpg

De Montmédy, je suis rentré à Avioth, à pied par le plateau. Une belle petite marche de 6 km environ, dans la belle lumière de l'automne.

05/03/2017

Symétrie

DSCF4077.jpg

Le mur du potager

DSCF4076.jpg

Crépuscule

DSCF4752.jpg

Parenthèse : une vue urbaine, depuis mon balcon, le 10 février dernier. C'est ça que j'aime, le crépuscule, la nuit qui vient lentement, dehors il fait frais, froid même, les lumières jaunes s'allument, les petites fenêtres, par dizaines, jalonnent le soir. Pour peu qu'il ait plu, on entend le "fsssssh" des roues des voitures sur l'asphalte mouillé. J'aime ça, j'aime cette saison-là, je l'adore, elle me protège, elle me nourrit, elle m'apaise.

Bientôt, dans trois semaines, ce sera le funeste retour à l'heure d'été, et puis la lumière excessive, la chaleur envahissante. Mais pour l'instant, je savoure.

Flamboyance

DSCF4074.jpg

C'était le début novembre, l'apogée de l'automne, près de Montmédy. Tiens, je voudrais bien que l'automne commence à nouveau, plutôt que le printemps, antichambre de ma saison détestée, l'été.

04/03/2017

Silhouette

DSCF4070.jpg

La ville haute de Montmédy, à contre-jour, avec un de ces ciels majestueux que j'affectionne.

Les ballons

DSCF4064.jpg

Nuages et caténaires

DSCF4060.jpg

03/03/2017

Passage à niveau (2)

DSCF4059.jpg

Passage à niveau (1)

DSCF4058.jpg

Un passage à niveau près de la gare de Montmédy. Celle-ci n'est plus qu'une halte (ni guichets, ni rien, juste des automates), suivant en cela la dégradation des services publics dans les régions rurales.

Hexagones

DSCF4057.jpg

A l'entrée de Montmédy, trois misérables hexagones de béton destinés à des fleurs, à la "belle" saison. Esthétique aseptisée, déshumanisée. Et à l'arrière, un vieux panneau mentionne l'existence de la maison de la Presse de la ville.

02/03/2017

Barrière

DSCF4054.jpg

Rouge et vert

DSCF4051.jpg

Poignée

DSCF4049.jpg

Petits détails dans la ville de Montmédy.

01/03/2017

Coiffure (2)

DSCF4048.jpg

Coiffure (1)

DSCF4046.jpg

Dans des petites villes peu peuplées comme Montmédy, on voit souvent des commerces fermés, parfois pour cause de retraite, parfois pour faillite. Cela contribue à donner de ces localités une image de déshérence, de déclin.

Le petit cheval (3)

DSCF4041.jpg

Le petit cheval (2)

DSCF4039.jpg

28/02/2017

Le petit cheval (1)

DSCF4038.jpg

Parvenu au pied de la ville haute, j'ai rencontré ce magnifique petit cheval.

Le passage des remparts

DSCF4037.jpg

Un passage, très évocateur, traverse les remparts de Montmédy, et permet de descendre vers la ville base.

Vers les caves

DSCF4036.jpg

Deux belles portes dans la ville haute de Montmédy, dont l'une conduit aux caves de cette vieille maison.

27/02/2017

Le banc

DSCF4033.jpg

Sur la place de la ville haute, à Montmédy.

Feuilles d'érable

DSCF4029.jpg

C'était l'automne, le délicieux mois de novembre, à Montmédy.

Nocturne

DSCF3937.jpg

Un début de soirée à la gare de Namur, lors d'un de mes trajets Bruxelles-Avioth.

26/02/2017

Codex urbanus

DSCF4724.jpg

Dans une rue du Marais, j'ai découvert une des oeuvres du graphiste "Codex Urbanus". Il dessine sur les murs parisiens des êtres improbables, mutants. J'ai aimé ce graphisme soigné et poétique.

Un texte issu du site de Codex Urbanus :

"Nuit après nuit, les pages d’un étrange bestiaire se tournent sur les murs de béton de Paris. D’improbables chimères défilent, telles des enluminures médiévales, pour créer la surprise et le rêve au sein de la ville, avant d’être très rapidement recouvertes par les services de nettoyages de la Mairie.

Codex Urbanus décline ses créatures mutantes sans fin, conscient de l’aspect éphémère de leur vie, comme une vanité urbaine.

Au-delà du bestiaire, l’art de Codex Urbanus s’exprime aussi sur des murs plus complexes, où d’antiques symboles apparaissent sur des fonds dorés, comme des icônes religieuses. Et parfois même, ce sont des dessins à l’encre de chine ou des toiles sur fond de peinture anti-graffiti qui sont montrées au rythme des expositions dans différentes galeries.

S’il n’a pas à proprement de formation artistique, Codex Urbanus a toujours dessiné à la marge, dans ses cahiers de cours, sur ses notes de réunion, sur des papiers volants. C’est quand il a cessé de travailler dans le monde de l’entreprise qu’il a fallu trouver un exutoire au manque créatif. Rapidement, c’est en vandale qu’il a assouvi sa soif d’art, suivant les exemples de bien des artistes du graffiti et du street art avant lui.

Aujourd’hui, de Montmartre aux galeries de Street Art, l’art de Codex Urbanus s’exprime sous des formes différentes, et participe de la personnalité diverse et foisonnante de la scène de l’art urbain parisien…

Bienvenue dans le monde de Codex Urbanus !"

La porte

DSCF4723.jpg

Une très belle porte ancienne, dans le Marais.

25/02/2017

Impasse

DSCF4722.jpg

Une impasse caractéristique du Marais, ici défigurée par la lèpre des temps modernes, les tags.

Hôtel de Sully

DSCF4721.jpg

Dans le jardin de l'Hôtel de Sully, dans le Marais. J'avais repéré un petit chien qui courait, qui batifolait dans tous les sens, et j'ai attendu pour déclencher qu'il ressorte de l'arrière de cette belle rosace de pierre.

24/02/2017

Déchirures

DSCF4720.jpg